mercredi 20 août 2014

Viktor Lazlo à Taratata

Rares sont les émissions de variétés de qualité à la télévision française. Taratata, l'émission créée et produite par Nagui il y a 20 ans, fait figure d'exception en nous offrant des prestations en Live avec orchestre et/musiciens. Nagui, pour notre plus grand plaisir, a invité a plusieurs reprises Viktor Lazlo et le blog vous invite à redécouvrir deux de ses apparitions.
Une formidable occasion de retrouver le talent de Viktor en Live et en duo.
Retrouvez-là dans ces 2 vidéos et en bonus une interview:

Viktor Lazlo et Dany Brillant interprètent "Les moulins de mon coeur" accompagnés de l'orchestre symphonique


Viktor Lazlo et Alain Chamfort interprètent "La javanaise"

en bonus, une interview de Viktor (lors de l'émission avec Dany Brillant) au cours de laquelle, Viktor évoque son rôle au théâtre pour la pièce "Hôtel des Deux Mondes" (7 nominations aux Molières 2000) de Eric-Emmanuel Schmitt, le futur metteur en scène de "Billie Holiday".

video

Merci Nagui !

dimanche 17 août 2014

Viktor Lazlo, La Martinique et Nord Plage (2) l'exposition

L'exposition "Nord-Plage" est a découvrir, jusqu'en janvier 2015, à la distillerie Sainte-Etienne, au Gros-Morne en Martinique


Chronique d'une mort annoncée. Celle de Nord Plage un quartier coincé entre la falaise et l'Atlantique à Macouba au nord de la Martinique. Un lieu hors du temps, à redécouvrir sous le regard photographique de Jean-Luc de Laguarigue tout au long de ces 12 dernières années.
Exposition ouverte au public aux Foudres HSE du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h à 16h. 


Les Foudres HSE, Habitation Saint-Etienne, Gros-Morne, Martinique 


A l'occasion de cette exposition, retrouvez le témoignage filmé de ce quartier :  le film Nord Plage avec Viktor Lazlo en premier rôle



video

bande annonce originale




"Toutes les images du monde sont venues là. Non pas échouées, mais recomposées à la manière de ces morceaux de bouteilles polis par la mer. Ainsi, par son brassage intempestif d’images, Nord-Plage répond véritablement à nos appétits esthétiques. Le talent de José Hayot est en effet généreusement à l’œuvre dans ce film offert comme une interprétation créole des fruits de la modernité audio-visuelle.

Nord-Plage, c’est aussi l’histoire d’un lieu (Macouba, dans le nord de la Martinique, au détour des années 60) et non point celle d’un humanisme abstrait et désincarné. L’épreuve du lieu, c’est à cette condition que nous habitons éperdument ce qui nous relie à notre entour : les rolles de l’habitation ou de l’usine centrale, un certain général de Gaulle parlant haut sur la place de la savane, les premiers pas d’un homme sur la lune dans la fée Télévision, le rêve de Martin Luther King, la force de Mohamed Ali, les dessins d’enfants sans maisons à cheminées, et le grand sac de la mer obstinée. Cela se traduit dans ce cinéma en des vertiges de travelings ou des découpages en abîmes. Et puis cette application pour les détails (puisqu’il faut aller au plus profond) dans les costumes, les objets ou les décors à l’échelle. Voyez comme ces images nous sont contées!



La distribution est tout à l’honneur des habitants de Nord-plage. Ils y tiennent un rôle capital. Joby Bernabé, Jean-Claude Duverger ou Lucette Salibur ont renouvelé pour l’occasion leur jeu d’acteur. Pascal Légitimus, lui, a su incarner le personnage du maire au-delà des clichés; il joue sobrement la comédie. Cependant que Linton Kwesi Johnson et Édouard Glissant, en répondeurs de cette histoire, baillent la voix à leur manière. Viktor Lazlo, dans le rôle de la belle Osélia, arrive à Nord-Plage accompagnée de son petit garçon Jacquot (interprété par Rafaël Baudot-Montezume) le jour de l’enterrement de sa mère avec qui elle voulait renouer. Et aussi avec le pays-Martinique. Ceci en un temps où il est question de déloger les habitants de Nord-Plage afin de les recaser dans des hachélaimes, des calloges inhumaines en vérité. Face à cette menace le village va-il dépérir sur lui-même? Une solidarité s’organise avec (et c’est merveille aussi!) des brins d’amours, des machins fragiles comme ont sait.

Un cinéma sans majors – ou une pêche sans hameçon – est-ce que cela peut se concevoir? 


En tout cas l’écriture de Patrick Chamoiseau se confronte aux embruns d’une nouvelle vague. 

Car José Hayot a fait montre d’un travail d’avant-garde. Au point où nul ne sait plus qui illustre qui. C’est que le temps de l’illustration est dépassé. Un scénario, un paysage, une traduction japonaise sont des partitions ouvertes, un delta. C’est donc ça : le réalisateur agit en chef d’orchestre! Dans ce film, José Hayot a su exalter une poésie des images plutôt que d’être joué par elles. D’humeur imprévisible, mais pièce pas ineffable, tel est le cinéma de la mer. La voix des conteurs y trouve donc son relais dans cet art total où s’entremêle le théâtre conté, les répliques Grand siècle, la gestique Antillaise, voire la crudité désespérée et la tendresse des langues et cultures créoles où l’on voudrait bien se noyer.

Dans Nord-Plage on retrouve itou les obsessions sur l’habiter créole chères à l’auteur de Texaco. 




Ce guerrier de l’imaginaire nous invite à bâtir la part de rêve essentielle à l’assise d’une communauté. Un rêve introduit ici par le truchement d’un manège, un chouval-bois à la construction duquel même le déparleur de cette histoire à son mot à dire. Ce projet-là ne relève ni de l’imposture de la langue de bois ni des sciences économiques, planificatrices d’après-elles.

 
Au vrai, Nord-Plage nous parle un langage diversel. À nous de ne pas rester “sages comme des images”, dominés ou consumés. À ce “nous” d’oser aller à contre courant, à prendre de la vitesse, du mouvement. À nous de marronner là où finit la terre plutôt que de devenir de stériles ingénieurs de modes d’emplois. En final de conte, sommes-nous heureux? La question reste entière en bordure de mer, dans ce générique où nous rejoignons nos images" - Manuel Norvat



http://mynameisviktorlazlo.blogspot.fr/2014/08/viktor-lazlo-la-martinique-et-nord-plage.html#links


mercredi 13 août 2014

Viktor Lazlo Der Vamp : mannequin pour VOGUE

La célèbre photographe de mode Pamela Hanson "shoote" Viktor pour l'édition allemande de VOGUE EN 1995 

VIKTOR LAZLO "Der Vamp" 


L'occasion de découvrir Viktor Lazlo de nouveau modèle pour ce superbe shooting
Magnifique Viktor en Gianni Versace, La Perla, Gianfranco Ferre, Dolce Gabanna.




Dans l'interview réalisée par Bettina Kaps (l'orthographe exacte du nom de naissance de Viktor apparait enfin sans faute), Viktor nous rappelle ses origines, son enfance, sa carrière de mannequin podium pour Thierry Muggler (n'est pourtant pas évoqué ici son travail avec Chantal Thomass) et sa récente rencontre avec le grand musicien Khalil Chahine (compositeur de "Clair Obscur" ; magnifique chanson issue de l'album   "Mes Poisons Délicieux" 1991 et producteur du single  "The Dream is In our Hands"...) paru en 1993.


Viktor portera une magnifique robe signée  Ralph Lauren pour sa récente prestation à la télévision française  de : "Pleurer des Rivières / Cry me A river"

 
 

vendredi 8 août 2014

Viktor Lazlo, la Martinique et Nord Plage

REQUIEM POUR NORD PLAGE... 

Au XVIIe siècle, Nord Plage, débarcadère, était un petit village de la commune du Macouba en Martinique (cf la page Vitkor et La Martinique) mais aussi un haut lieu de pèlerinage.


En 2003, « José Hayot » utilise le quartier comme un grand théâtre pour la réalisation de son conte créole "NORD PLAGE" qui relate en quelque sorte l’histoire imaginaire de ce quartier qui se meurt. Dans les années 60, Osélia (accompagnée de son fils Jacquot) revient dans le village où elle espère se réconcilier avec sa mère qui a toujours refusé ses choix. Osélia veut aussi retrouver, à travers cet amour maternel, son pays, sa culture, ses racines. Mais Nord Page est à l'agonie. Et si Osélia pouvait changer le destin du village ...



Le film, écrit par Patrick Chamoiseau réunit Lucette Salibur, Pascal Légitimus, Alex Descas, Marianne Faithfull, Joby Bernabé,Jean-Claude Duverger,Linton Kwesi Johnson,Rafael Baudot Montezume,Marc Alie, Édouard Glissant et en tête d'affiche 
Viktor Lazlo dans le rôle d'Osélia.

Les comédiens professionnels se mêlent aux non professionnels. Aux côtés des acteurs, dans les scènes chorales, des habitants de ce quartier sont mis en scène, confrontés à leurs propres souvenirs.
Extrait Osélia chante en créole : "Maman la grèv' barré moin" chanson créée par Leona Gabriel grande figure du folklore martiniquais.
video

DVD collector en vente :
dvd collector viktor lazlo nord plage

CONTENU DU COFFRET :
Le Film "Nord Plage"
Le Making Of du Film
Le Court Métrage : "Les derniers jours d'une mûlatresse" de José Hayot
Les photos du tournage
Un livret couleur de 50 pages






Ce petit village situé au bord de la mer, occupé par la population dans les années 60, était paisible, pour ceux qui aimaient cet environnement, pratiquaient les pêches traditionnelles (mer et rivière) dont la pêche sur flot (tronc de bois) et appréciaient, le soir, le son des vagues tumultueuses.
 
Du fait d’une politique de relogement, Le quartier s’est vidé au fil des années car les habitations situées dans une zone à risque (inondation, houle, liquéfaction, mouvement de terrain, volcanisme) étaient un vrai danger pour sa population. Le film résonne aujourd'hui comme un témoignage bouleversant de ce village bientôt disparu.
Aujourd'hui, le quartier a du signé ses dernières heures. En effet, la destruction quasi totale du village a commencé depuis le 1er juillet 2014 . Cf l'Article de France Antilles


mardi 5 août 2014

Viktor Lazlo nous appelle... "Calling" splendide et rare

Chanteuse,  Toujours
Actrice,  de temps en temps
Mystérieuse ? Assurément, et là réside son charme

Viktor est passionnée dès son plus jeune âge, par toutes les formes d'art. Depuis l'écriture, en passant par le violon, et la danse jusqu'à ses 17 ans ; elle poursuit des études en art et archéologie. Puis elle "affronte" son premier public en tant que mannequin podium pour Chantal Thomass. Egérie de Thierry Mugler, c'est avant tout la chanson qui l'anime, puis vinrent Lou Deprijck, Alain Chamfort, "Canoë Rose" etc etc.

C'est tout naturellement que sa soif d'artiste trouvera également un écho au cinéma, sur les planches et à la télévision (cf la page filmographie).

Alors que vient de sortir la version DVD collector de "Nord Plage" et qui va faire l'objet d'un tout prochain article, le blog vous propose de découvrir une chanson rarissime qui n'apparait (hélas) sur aucun de ses albums. 


Le blog est donc heureux de vous présenter "Calling" , titre tout spécialement composé pour le générique d'un épisode de la série TV belge "Windkracht 10"  (1997-1998) qui relate au travers de 23 épisodes, les aventures d'une escadrille spécialisée dans le sauvetage en mer.


"Calling"
Viktor nous appelle ...
le montage du blog 

Viktor enregistrera d'autres chansons destinées au grand écran et à la télévision; citons "Le Goût des Fraises" (du film TV du même titre avec François Cluzet) ; "Ansiedad" pour le film BOOM BOOM (disponible en DVD, mais uniquement en version allemande à ce jour) et deux titres "Illusion d'Amour" + "I'm In Love" (produits par Raul Paz) : pour la mini série allemande de 1998 DER KONIG VON ST.PAULI. Hormis "Ansiedad", ces autres chansons restent inéditées sur les CD de Viktor !
Son hommage au cinéma apparait aussi sur "Premier Rôle" (album "Club Désert")
La chanson et le cinéma c'est également son interprétation du "Grisbi" (prêtez l'oreille, car on entend les pas de Jean Gabin au début du titre). 
Et l'on peut donc espérer que les liens qu'entretiennent Viktor et le cinéma aboutissent à une adaptation pour le 7ème art de "Billie Holiday..."


samedi 26 juillet 2014

Le spectacle "Loin de Paname" et la critique du Figaro suivi de 4 extraits

Tropiques sur seine

La critique de Bertrand Dicale :
On ne le sait guère ici, mais en même temps que la France découvrait les musiques « typiques » latino-américaines, les musiciens des Antilles jouaient les chansons de Piaf, Damia, Lys Gauty ou Lucienne Boyer, en leur donnant forcément un peu de leur accent. En chantant ce répertoire féminin de l’entre-deux-guerres dans des arrangements cubains, Viktor Lazlo rejoint une certaine vérité historique et, sur la scène du théâtre de Ménilmontant, le décor de boîte de nuit en plein air sous les Tropiques n’est pas vraiment une fiction.
Pour ce spectacle, intitulé "Loin de Paname" , Raul Paz a transposé une vingtaine de chansons classiques en formes latines – mambo, rumba, boléro…. Elles y gagnent quelque chose d’insolent, de charnel. La brume, la bruine, le pavé parisien s’estompent, sans que les sentiments s’éteignent. La vipère gagne a être accélérée, Mon légionnaire se découvre une mélodie nouvelle, Parlez-moi d’amour se danse volontiers…Dans d’immortels classiques ou des raretés exhumées (La femme d’un soir, créé par Damia, le très érotique Ouvre créé par Suzy Solidor), le traitement est aussi rigoureux, dépaysant et pertinent.
 Le quatuor cubain, avec ce qu’il nous faut de chapeaux, de moustaches et de cravates pour la couleur locale, pratique une belle et gourmande orthodoxie latine, sans se départir d’une attendrissante attention pour la chanteuse.
 Assez loin du souvenir de "Pleurer des rivières" ou de "Canoë rose", Viktor Lazlo démontre la ductilité de son talent, parfois très music-hall (J’ai deux amours en robe d’or et plumet rose, le final swing sur Ménilmontant), parfois franchement naturaliste, comme avec ses numéros de poissarde dans J’ai soif ou de pauvre loque au début de La Coco. La mise en scène de Caroline Loeb lui dessine un personnage tout en clichés assumés et même glorifiés. La chanteuse parvient à donner un naturel à ses multiples changements de costume, à toute une grammaire de gestes et de poses qui puise à pleins bras dans l’imagerie des années 30. Cela est aussi un des plaisirs de la reprise.



Chanson

VIKTOR LAZLO
Comme dans un vieux bar de La havane aux murs décrépis, Glam, sensuelle, hypnotique, Viktor Lazlo pose sa valise tout en chantant la première chanson du récital, Vagabonde, enlève son imper, dévolie une robe sexy. Sa seule présence sur la scène en impose. Pour ce spectacle mis en scène par Caroline Loeb, Viktor Lazlo a fouillé dans le répertoire des années 1920 et 1930, emprunté des textes à Fréhel, Damia et Joséphine Baker, puisé dans les plus belles chansons d’Edith Piaf
La nouveauté ? Toutes ces ritournelles sont orchestrées à la Cubaine, sur une idée du musicien Raul Paz. Toutes les chansons ne s’y prêtent pas aussi bien, on décroche de temps en temps, mais l’ensemble est charmant. La voix de Viktor Lazlo, qu’on avait rarement entendue depuis « Fermez les volets et ne plus changer l’eau des fleurs » surprend par sa perfection. Au concours des reprises de vieux standards de la chanson française, son "Amant de Saint-Jean" est bien plus original que celui de Patrick Bruel.


A défaut de pouvoir mon montrer des extraits du spectacle, le blog vous offre 4 nouveaux extraits de l'album "Loin de Paname" à partir de montages sur des films que vous reconnaîtrez peut-être...

Mon amant de Saint-Jean 

video


 

Mon légionnaire

video 

 

Parlez-moi d'amour

video

 

Après toi je n'aurai plus d'amour

video

 


vendredi 25 juillet 2014

Viktor Lazlo et Raul Paz

"Loin de Paname" est la troisième collaboration de Viktor avec le "French Cubano" Raul Paz.


En 1998, alors qu'il venait d'arriver depuis peu à Paris, Viktor enregistre la très réussie reprise de "Besame Mucho" sur le CD "Amores" *,

mais aussi pour la bande originale de la série "Der konig von St Pauli" les titres "illusion d'amour" et "I'm In Love".
En 2002, ce sera Raul Paz qui réalisera et fera les arrangements de l'album "Loin de Paname".
cd japon


Raul Paz

Né en 1969 à Pinar del Rio à l'ouest de Cuba, Raul Paz suit d'abord des études musicales dans son pays.Son grand oncle Changuito, noir comme l'encre, est le grand maître de la percussion cubaine et vit toujours à La Havane. Sa grand-mère, Juanita, blonde comme les blés et originaire de Galice, fait encore danser tous les cubains de Miami.
Raul Paz, allure de petit prince, oeil noir et boucles blondes, est bien le fruit de ce métissage : sang et musiques mêlés.
 Il arrive à Paris en 1996 pour étudier à la Schola Cantorum. Mais ce sont plutôt les clubs comme le New Morning ou le Hot Brass qui voient débarquer ce jeune cubain au charme naturel.


En 1999, il participe au concert de La Fania All Stars au Zénith de Paris et y rencontre Ralph Mercado, fondateur du label RMM, qui lui propose d’enregistrer son premier disque à Miami. Cuba Libre (rebaptisé Imaginate pour le marché américain), sort en 1999 et est vendu à près de 100 000 exemplaires. La presse américaine new-yorkaise le consacre "révélation masculine de l’année"
Sa carrière démarre très bien avec de multiples concerts donnés aux États-Unis, mais la mort de Celia Cruz et de Tito Puente oblige Ralph Mercado à fermer son label et met fin à sa collaboration avec Raúl Paz en 2001. Il profite alors de cette période pour s’ouvrir à d’autres styles de musiques. Il enregistre notamment Contigo, chanson écrite avec DJ Arian.
Raul Paz a quitté la France pour aller vivre à Cuba en 2008. Après son retour à Cuba, Raul Paz a présenté son album "Havanization" (La havanization est un mouvement artistique se développant à Cuba) en 2010.


* Ecoutez la version "chill out" de "Besame mucho" ; montage vidéo réalisé par le blog sur les plus beaux baisers du cinéma.





Raul Paz est aujourd’hui un des chefs de file de la nouvelle scène franco-cubaine. Débordant d’énergie et de rage, il enflamme chacun de ses concerts.
Star de la nouvelle scène cubaine. Il renouvelle la musique latine en y intégrant de la pop, de l’électro, du rock, du reggae...
Il sera le premier à organiser un flashmob à Cuba, une vraie prouesse.